Cliquez sur le bandeau supérieur pour actualiser le blog

 

 

32823-BaillyInfos-211c

 

 

BAILLY 1

BAILLY 2

 

 

Prochaine exposition yvelinoise interview  ( Merci  à F. Daunizeau et au service culturel de la ville de Bailly) :

 

*Qu'est-ce qui vous a amené à la peinture?

Lorsque j'étais jeune et même pendant mes études d’Arts plastiques, la peinture m'attirait terriblement mais je ne me sentais pas de légitimité. Et puis, je suis arrivée à une pratique sérieuse et à une production réelle de façon spontanée, naturelle. J'étais en recherche d'équilibre, de paix, et j'ai compris peu à peu que je trouvais quelque chose d'insoupçonné dans la construction d'un univers personnel .La peinture a ouvert une part de rêve dans ma vie, m'a donné espoir. Je suis passée de toiles assez sombres à ces toiles pleines d'énergie que l'on voit aujourd'hui .

*Depuis combien d'années peignez-vous?

Même si j'ai toujours dessiné et peint, c’est à partir de  2002 que  j'ai commencé à peindre assidûment, je suis tombée dans la peinture comme on tombe "en amour". Cela fait  13 ans que je peins beaucoup.

*Avez-vous d'autres activités artistiques?

Je fais de la photographie et j'écris aussi. Je suis passionnée par les images et la photographie m'a permis de découvrir des facettes de moi-même, de mes goûts esthétiques et certaines sensibilités. Quant à l'écriture, disons que j'aime écrire depuis toujours, mais j'ai ressenti un besoin fort de construire, de m’exprimer avec les mots ces dernières années. J'ai d'ailleurs écrit un récit qui sera édité en 2016. J'aimerais qu'il trouve son public et qu'il puisse toucher les personnes qui pourront se reconnaître dans cette histoire. 

*Ce qui frappe dans votre peinture, ce sont les couleurs vives, les matières, le collage, les fils cousus, comment expliquer vous ces choix?

Effectivement, mes fonds sont très riches, dans le sens où je prépare soigneusement la matière qui viendra recevoir le reste . J'utilise du gesso, du sable, je colle des papiers, je boursoufle des papiers peints ou les maroufle. J'ai cousu mes toiles pendant plusieurs années, j'ai réalisé des patchworks qui forment une grande série et l'utilisation des fils allait dans le sens d'une démarche pas très éloignée des codes du textile.

Si je dois parler de mon rapport à la couleur, avant, je puisais dans une gamme chromatique plus terne, et au fil des années, je me suis autorisée progressivement plus de liberté. J’ose des mariages périlleux. La couleur m'ouvre des perspectives magiques . Je me sens coloriste avant tout.

*Quelles sont vos sources d'inspiration?

Je puise mon inspiration dans beaucoup d'éléments essentiels à ma vie, à mon quotidien, dans les images, dans l'abstraction bien sûr,  dans les photographies, également dans les textes qui me font évoluer vers des univers oniriques et irréels, dans la spiritualité, les contes, les légendes.

Je laisse reposer ces univers qui résonnent en moi, puis je me concentre sur mon interprétation.

*Votre peinture s'organise autour de calligraphies diverses, de lettrines, de mystérieuses sphères suspendues, en discussion avec de fragiles fils qui s'étirent et se posent.

Pourquoi souvent ces mêmes thèmes : animaux, calligraphie, motifs asiatiques, sphères?

J'aime les mélanges... une certaine forme de drôlerie, de fantaisie, de mystère. Je suis à l'aise avec l'idée d'univers intemporels, sans repère de temps, ni d'espace. Cela peut occasionner une certaine confusion, une perplexité même chez celui qui regarde. De mon côté, les calligraphies instaurent une communication, une énigme supplémentaire et sont graphiquement intéressantes.

L'Asie est pour le reste un puits d'inspiration et un immense champ d'émerveillements.

Je dirais pour conclure que mon goût des sphères, enlacées, entremêlées, superposées est sûrement obsessionnel  sans doute ne  suis je pas encore sortie de ma bulle...

*Peut-on dire que votre œuvre évolue selon un fil conducteur?

Il me semble que ma peinture est de plus en plus libérée, de plus en plus gaie, ouverte. Je crois qu'elle montre que je n'ai plus peur de la différence et de ma propre identité, de ma fantaisie. Alors on pourrait penser que mes compositions vont progressivement vers plus d’exubérance, de joie, de lumière. J'espère en tout cas avancer  avec curiosité et passion, avec ce même sens du jeu aussi, car sans ces impulsions qui servent tant à la création, il ne sert à rien de s'obstiner.