Cliquez sur le bandeau supérieur pour actualiser le blog

 

"Mandala day".

Pour un futur projet, je m'exerce sur ce sujet déjà traité il y a très longtemps.
Du moins cela me parait lointain.
Je me dis que l'espace d'une composition, quoiqu'on en fasse, quelque soit le style de l'un ou de l'autre... demeure un espace à habiter librement.
Composer un tableau c'est heureux, source de plaisir(s), c'est excitant... terrifiant aussi, parfois frustrant. Pour moi, dans la recherche d'une composition, celui qui fait doit savoir posséder cette infinie liberté, qui est un droit inaltérable et certain. Ensuite s'il passe d'un sentiment à un autre c'est qu'il est parfaitement vivant et que sa liberté est pure.