Pour mettre à jour le blog, cliquez sur le bandeau supérieur

  " Un portulan (dans beaucoup de langues portolan), au XIVe siècle ou plus tard, était une sorte de carte nautique servant essentiellement à repérer les ports et connaître les dangers qui pouvaient les entourer : courants, hauts-fonds... Des angles et des orientations précises permettaient de tenir le cap.

 La carte de Tendre est la carte d’un pays imaginaire appelé « Tendre » On retrouve tracée, sous forme de villages et de chemins, dans cette « représentation topographique et allégorique », une sorte de géographie amoureuse, avec ses fleuves, ses lacs, ses obstacles où passion et ressentiments se font une tendre guerre.

 Dans le travail soigné de Carole Bressan, portulan et carte de Tendre semblent s’accaparer la surface tendue : la géométrie avec ses axes, ses droites, ses angles donne un cadre à l’expression spontanée des mouvements de couleur ou peut-être, est-ce l’inverse : ce sont les émotions colorées, les mouvements d’énergie qui viennent humaniser et dévier ces tracés linéaires rigoureux  nous balisant des chemins tout au long de la vie. "       

J-C Savi  

                                                                          

portolan