Il est un abri pour les mots.

Et une loge pour les tiens.

L'endroit est éloigné, il les retient.

Ils se fredonnent ensemble derrière ta porte.

Ils s'enferment, s'interdisent de parler d'eux.

Tu voudrais les fuir.

Et la pudeur des mots s'installe.

Scellés, ils peinent à se lâcher eux-mêmes.

Tu cries sourd.

La clé des mots alors se perd dans  la maison des champs.

Et tes chants se taisent.

Tendre l'oreille pour entendre la voix des mots.

Partir sur la voie au-delà des mots que tu tais.

Pour s'ouvrir... à d'autres mots... inconnus.

Quand les tiens, s'en vont.

                                                                        Pour Cyrille... tendrement.

le_go_t_du_risque

Je rappelle que MES IMAGES NE SONT PAS LIBRES DE DROIT. Merci de votre compréhension.